mercredi 26 octobre 2016

La peine de mort recule aux Etats-Unis

Dans le bruit de la campagne présidentielle, la nouvelle est passée un peu inaperçue. Or elle traduit un changement crucial aux Etats-Unis. Moins de la moitié des Américains  (49%) soutient désormais la peine de mort. 42% y sont opposés. C’est moins de sept point qu’en mars 2015 selon le Pew Research Center. En près de vingt-ans, l’évolution est remarquable. En 1994, ils étaient 80% à soutenir la peine capitale alors que seuls 16% y étaient opposés.
Les affinités politiques et la race divisent les Américains sur ce sujet sensible. Les Blancs sont toujours 55% et les Républicains 72% à soutenir la peine de mort, les Afro-Américains ne sont que 29%, les Hispaniques 36% et les démocrates 34%.
ft_16-09-28_deathpenalty
Les hommes sont plus favorables à la peine capitale (55% pour, 38% contre) que les femmes (43% pour, 45% contre). L’âge n’est pas non plus un facteur déterminant. Les 18-29 ans sont 42% à soutenir la peine de mort et les 30 et plus âgés sont 51%. En termes d’éducation, les Américains sans diplôme universitaire y sont plus favorables (51%) que les universitaires (43%). Au niveau de la religion, les évangéliques, étonnamment, restent clairement en faveur de l’exécution capitale (69% contre 26%). Chez les catholiques, 43% sont en faveur de la peine de mort et 46% sont contre.
Depuis 1976, date à laquelle la peine capitale fut réintroduite aux Etats-Unis, 1438 personnes ont été exécutées selon le Death Penalty Information Center. 17 personnes ont pour l’heure été exécutées en 2016. Elles furent 28 en 2015. Le pic fut en 1999 (98).
A cet égard, Hillary Clinton, la candidate à la Maison-Blanche reste favorable à la peine capitale dans les cas les plus sordides. Même la ministre afro-américaine de la Justice Loretta Lynch paraît toujours favorable à la peine de mort. Or de multiples tests ADN ont montré que la peine capitale pouvait tuer des innocents comme Anthony Ray Hinton, qui passa 30 ans de sa vie dans le couloir de la  mort et que j’ai rencontré à Montgomery, Alabama, un mois après sa libération.
https://blogs.letemps.ch/etats-unis/2016/10/25/2422/

Aucun commentaire: