mardi 19 juin 2018

DEBBIE AFRICA est enfin libre ...


Après 40 ans d'incarcération, Debbie AFRICA a quitté hier matin la prison de Cambridge Springs (Pennsylvanie) ... A l'heure où cette merveilleuse nouvelle nous est parvenue, Debbie était en route avec son fils Mike (né en prison) pour rejoindre sa famille à Philadelphie. Vous trouverez en pièces jointes les deux premières photos prises à sa sortie de prison.

Debbie est la première des 9 membres de la communauté afro-américaine MOVE à être libérée. Une délégation française lui avait rendu visite en mars dernier. Notre pensée va à Janet et Janine avec qui elle a passé ces quatre décennies dans la même prison et qui se sont vues refuser récemment toute libération conditionnelle. Notre pensée va également aux autres prisonniers qui, comme Debbie, Janet et Janine ont été condamnés collectivement et sans preuve à une peine de 100 ans de prison pour un meutre dont l'assassin n'a jamais été identifié. Deux d'entre eux sont déjà morts en prison (Merle et Phil AFRICA) dans des conditions plus que suspectes et quatre autres (dont le mari de Debbie) sont toujours incarcérés. Pour en savoir plus sur cette scandaleuse affaire criminelle, cliquez sur ce lien : http://mumiabujamal.com/v2/on-a-move/

Mumia Abu-Jamal doit être particulièrement heureux de cette libération car en sa qualité de journaliste il fut le premier à prendre fait et cause pour cette communauté avant même qu'il ne soit lui même confronté à l'incroyable injustice que l'on sait, au point d'être condamné à mort pour un crime qu'il n'a pas commis.

Cette très bonne nouvelle ne peut que donner plus de force à la mobilisation de tous ceux qui soutiennent ces hommes et ces femmes et exigent leur libération. C'est l'objectif des initiatives qui auront lieu à Philadelphie en août prochain pour marquer les 40 ans d'incarcération des MOVE. Le Collectif français "LIBERONS MUMIA" apportera sa contribution solidaire à ces manifestations.

mardi 3 avril 2018

Amnesty International: Doyle Hamm Alabama


Aux Etats-Unis, selon un accord conclu le 27 mars entre l’avocat de Doyle Hamm et l'Etat d'Alabama, ce dernier ne requerra plus d’ordre d’exécution.

Voir (version française à venir) : https://www.amnesty.org/fr/documents/amr51/8141/2018/fr/

L'avocat de Doyle Hamm a exprimé sa gratitude à Amnesty International pour son "aide et son soutien" dans cette affaire. Un grand merci à tous celles et ceux qui ont envoyé des appels.

Commission abolition peine de mort

samedi 24 mars 2018

Report Finds Texas Death Row Conditions Violate Basic Human Rights


Report Finds Texas Death Row Conditions Violate Basic Human Rights

by Matt Clarke
In April 2017, the University of Texas School of Law’s Human Rights Clinic published a report that found living conditions on death row in Texas violate “basic human rights as well as a number of international treaties that were voluntarily ratified by the U.S. and which are binding on Texas.”
Because the Texas Department of Criminal Justice (TDCJ) refused to allow interviews with death row prisoners, the Clinic had to gather information from them via questionnaires. Researchers did conduct interviews with former condemned prisoners who had been exonerated and released, or had been moved to the prison system’s general population following a successful appeal of their capital sentence. The Clinic also interviewed death penalty advocates and capital punishment attorneys.
By policy, Texas death row prisoners are subjected to solitary confinement conditions and locked in 8-by-12-foot cells for 23 hours a day with one hour for recreation in a slightly larger, unfurnished cell. In practice, exercise is only permitted two-to-four times a week, not seven as required by policy. When they go to recreation and at all other times, condemned prisoners are kept isolated from other prisoners; they are served meals in their cells and shower alone. They have virtually no opportunity to interact – much less converse – with other human beings.
Texas death row prisoners are not allowed to watch television or use a phone (except for calls from their attorneys). They may purchase an overpriced, poor-quality radio from the prison commissary, but it can be confiscated for even minor disciplinary infractions and some TDCJ guards write disciplinary reports for the most insignificant of reasons.
Prisoners on death row are not allowed contact visits with friends and family even when their execution is imminent. The only religious materials provided by the prison chaplain is the Bible, and religious volunteers and volunteer chaplains are rarely permitted to meet with prisoners due to alleged staffing shortages that make escort guards unavailable.
Even attorney visits on death row are not contact visits, and generally not even private due to the availability of only one private visitation cubicle. This means that lawyers must often discuss privileged legal information with their clients within earshot of other people.
Texas’ death row was not always like this. Prior to the attempted escape of seven condemned prisoners from the Ellis Unit in November 1998 – one of whom made it over the fence only to be found dead a few days later [see: PLN, April 1999, p.13] – death row prisoners were allowed to work, eat and take classes along with general population prisoners, and to have recreation with each other. In 1999, death row was moved to the more modern Polunsky Unit and, according to exonerated death row prisoner Anthony Graves, it “became a rights-free zone” that was “terrible and absolutely inhumane.”
 Conditions became so onerous that over 10% of prisoners executed since then “volunteered” for lethal injection by dropping all of their appeals. They chose execution over life on death row in Texas.
The 48-page report by the Human Rights Clinic also noted that medical care is difficult to obtain on death row while mental health treatment is virtually nonexistent. Initial access to such care is controlled by guards, who frequently “forget” to forward requests for medical services to the medical department. Even if they are forwarded, responses often take days and health care providers may be disinterested in the health needs of men who will likely be executed anyway.
Mental health care is even worse, with “treatment” limited to prisoners taking psychotropic medications that induce sleepiness. One death row prisoner said prison staff tried to get him to sleep until he was executed. Psychiatric interviews are conducted on the cell block within hearing of other prisoners – a barrier to effective treatment.
Unsurprisingly, the stress of awaiting execution causes mental health issues for many condemned prisoners, some of whom had diagnosed mental illnesses prior to their incarceration. This stress is exacerbated by Texas’ practice of scheduling execution dates before all avenues of appeal have been exhausted. Thus, a prisoner may be scheduled for execution only to receive a last-minute stay a half-dozen times before being put to death or otherwise removed from death row. These are effectively “mock executions,” which cause post-traumatic stress disorder that continues to affect even exonerated prisoners, according to the report.
The Human Rights Clinic also stated that long-term segregation on death row without the ability to interact with others violates the UN’s Convention Against Torture, the American Declaration on the Rights and Duties of Man, and the International Covenant on Civil and Political Rights. The physical isolation and other conditions on Texas’ death row have been criticized by the Inter-American Commission on Human Rights and several UN committees and Special Rapporteurs. Nonetheless, condemned prisoners continue to endure inhumane conditions.
“Offenders on death row are individuals who have been convicted of heinous crimes and given the harshest sentence possible under the law,” said TDCJ spokesman Jason Clark. “TDCJ will continue to ensure it fulfills its mission of public safety and house death row offenders appropriately.”
He did not address the fact that 13 death row prisoners in Texas have been exonerated and released from 1987 to 2015, despite receiving the state’s harshest sentence.
Sources: “Designed to Break You: Human Rights Violations on Texas’ Death Row,” University of Texas School of Law, Human Rights Clinic (April 2017); www.mystatesman.com


















https://www.prisonlegalnews.org/news/2018/mar/6/report-finds-texas-death-row-conditions-violate-basic-human-rights/

vendredi 23 février 2018

Documentaire sur Keith DOOLIN couloir de la mort en Californie sur 13ème rue


Keith Doolin, depuis 20 ans dans le couloir de la mort en Californie

Le documentaire en 4 parties sur Keith Doolin qui va sortir de manière imminente sur 13e Rue - Plus à venir sur le site web….

 

 


Texas : un homme échappe de justesse à la peine de mort grâce à l'intervention de son père

Bart Whitaker, 38 ans, a vu sa peine de mort être commuée en prison à vie 30 minutes avant l'heure de son exécution grâce à l'intercession de son père, que Bart Whitaker avait planifié de tuer en 2003.

Bart Whitaker, un Américain qui avait planifié le meurtre de toute sa famille, a échappé de peu à la peine de mort jeudi soir, le gouverneur du Texas ayant commué sa peine capitale en prison à perpétuité peu avant son exécution programmée.
De la condamnation à mort à la perpétuité. Son père, un fervent chrétien, militait pour un sursis de dernière minute. Il a été entendu : pour la première fois, le gouverneur du Texas Gregg Abbott a commué une peine de mort. "Bart Whitaker doit passer le reste de sa vie derrière des barreaux, en punition pour son crime atroce", a-t-il indiqué dans un communiqué pour justifier sa décision. Le détenu de 38 ans ne bénéficiera d'aucune possibilité de libération conditionnelle.
De façon très exceptionnelle, la commission des grâces et libérations conditionnelles du Texas avait recommandé mardi la clémence pour Bart Whitaker. "Je suis reconnaissant pour cette décision, pas pour moi mais pour mon père. Toute punition que j'ai reçue ou que je pourrai recevoir sera juste", a déclaré ce dernier en apprenant qu'il échappait à la mort 30 minutes avant l'heure fatidique.

lundi 11 décembre 2017

Hommage à Solveig Anspach vendredi 15 décembre au Méliès à Montreuil 93

Un hommage à Solveig Anspach se tiendra le vendredi 15 décembre au Méliès à Montreuil avec
2 documentaires:  à 18h30 "Made in the USA", puis "Que personne ne bouge les amazones du Vaucluse " à 21h
 
MADE IN THE USA (2001) à 18h30
Ce documentaire sur la peine de mort aux Etats-Unis se fonde sur le cas d'Odell Barnes. Né à Wichita Falls, celui-ci fut exécuté le 1er mars 2000, à l'âge de 31 ans.
Odell Barnes a été condamné à mort pour le meurtre d'Helen Bass, une amie de sa mère, retrouvée morte chez elle un soir de novembre 1989. L'enquête qui a conduit à son arrestation et à son procès a été bâclée. Pendant ses neuf ans de détention, Odell Barnes n'a cessé de proclamer son innocence.





jeudi 9 novembre 2017

Le Texas exécute un Mexicain, malgré l'opposition de l'ONU et du Mexique

https://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20171109.OBS7131/le-texas-execute-un-mexicain-malgre-l-opposition-de-l-onu-et-du-mexique.html

 Selon le Mexique, où la peine de mort a été officiellement abolie en 2005, Ruben Cardenas Ramirez s'est vu nier son droit à un avocat et à une assistance consulaire.

L'Etat américain du Texas a exécuté mercredi 8 novembre un Mexicain condamné pour meurtre, malgré la ferme opposition du Mexique et de vives critiques d'experts des Nations unies.
"Mexico condamne l'exécution de Ruben Cardenas Ramirez", a immédiatement fait savoir le gouvernement mexicain par le canal de son ambassade à Washington.
Le prisonnier de 47 ans a reçu une injection létale et a été déclaré décédé à 22h26 (6h26 en France, jeudi). Il avait été reconnu coupable d'avoir violé et tué sa cousine âgée de 16 ans, en 1997.
Son avocat, Greg Kuykendall, a lancé en vain différents recours judiciaires, jusqu'à la Cour suprême à Washington, dans l'espoir d'obtenir un sursis de dernière minute.

"Respect des droits de l'homme et des règles de justice"

Mexico, tout comme les Nations unies, avaient pourtant officiellement demandé aux autorités américaines de renoncer à leur projet de mise à mort du prisonnier.
Selon le Mexique, où la peine de mort a été officiellement abolie en 2005, Ruben Cardenas Ramirez s'est vu nier son droit à un avocat et à une assistance consulaire, cette dernière étant pourtant prévue par la Convention de Vienne.
"Pour l'Etat du Mexique, il ne s'agit pas d'une question de culpabilité ou d'innocence, mais de respect des droits de l'homme et des règles de justice", avait souligné Carlos Gonzalez Gutierrez, consul général du Mexique au Texas.
"Depuis le début de son affaire", avait poursuivi le diplomate dans une tribune publiée par le journal "Statesman" à Austin, "on lui a refusé le bénéfice de ses droits".
"Si l'exécution prévue de Ruben Cardenas se déroule, le gouvernement américain aura appliqué une peine de mort sans respecter les normes internationales", avaient de leur côté averti Agnès Callamard et Elina Steinerte, deux expertes de l'ONU spécialisées dans les droits de l'homme et les exécutions arbitraires.

Onze jours sans avocat

Ruben Cardenas Ramirez "n'a pas eu accès à un avocat durant ses onze premiers jours de détention. A son procès, les procureurs se sont appuyés sur quelques-unes des déclarations qu'il a faites lors de cette période", avaient-elles dénoncé.
Ce dossier, s'inscrivant dans une phase de tension entre Mexico et Washington autour du projet de Donald Trump d'un mur frontalier anti-clandestins, est venu illustrer le problème des condamnés à mort mexicains aux Etats-Unis.
Actuellement, 75 ressortissants du Mexique font l'objet de poursuites pénales aux Etats-Unis, qui pourraient déboucher sur une condamnation à la peine capitale, et 54 autres ont déjà été condamnés à la peine de mort.
Le gouvernement mexicain a d'ailleurs créé en 2000 un programme d'assistance juridique pour ces détenus encourant la mort aux Etats-Unis, une initiative connue sous l'acronyme de MCLAP.
Le Mexique a par ailleurs déposé plainte le 9 janvier 2003 devant la Cour internationale de justice sur le cas de 51 de ses ressortissants, dont Ruben Cardenas Ramirez, condamnés au châtiment suprême aux Etats-Unis.

L'assistance consulaire pourtant cruciale

Dans son jugement, le 31 mars 2004, la Cour "a conclu que les Etats-Unis avaient violé leurs obligations découlant de la loi internationale en ne notifiant pas aux autorités mexicaines l'arrestation de 51 de leurs ressortissants", a rappelé le consul Gonzalez Gutierrez.
"Monsieur Cardenas Ramirez est le cinquième Mexicain exécuté en violation manifeste de l'arrêt de la Cour internationale de justice", a réagi le gouvernement mexicain.
Les défenseurs de Ruben Cardenas Ramirez ont donc plaidé sans effet que l'assistance consulaire était pourtant cruciale.
"Nous disposons de statistiques qui montrent que le taux de condamnation à la peine de mort des Mexicains est extrêmement bas quand le consulat mexicain a été convenablement informé et que son équipe d'assistance juridique a pu intervenir", a expliqué à l'AFP Greg Kuykendall.
A l'opposé, a-t-il insisté, "dans les quelques cas où le programme d'aide légale du Mexique n'a pu assister ses ressortissants, alors ces personnes ont 100% de chance d'être condamnées à la peine de mort à l'issue de leur procès".
Une autre exécution capitale a été pratiquée mercredi aux Etats-Unis, en Floride : Patrick Hannon avait été reconnu coupable d'un double homicide commis en 1991 avec l'aide de deux complices.

vendredi 27 octobre 2017

samedi 14 octobre 2017

Témoignages de condamnées à mort aux Etats-Unis, dans un document diffusé sur M6 le 15 octobre

Un documentaire de Sabrina Van Tassel, présenté par Bernard de La Villardière 
dimanche 15 octobre vers 23 heures sur M6.
 
 Aux Etats-Unis, 54 femmes « attendent » l'exécution de leur peine dans le couloir de la mort. Linda Carty et Melissa Lucio sont emprisonnées au Texas. La première est accusée d'avoir kidnappé et tué sa voisine pour lui voler son bébé. La seconde aurait maltraité et supprimé sa fille de 2 ans. Détenue en Arizona, Shawna Forde, à la tête d'une milice anti-immigration, a été reconnue coupable, avec ses complices, d'avoir assassiné un père et sa fille, des Mexicains. Elles se livrent. Parmi les prisonnières, certaines espèrent la révision de leur procès.

Serge, condamné à mort, réalisé par Christine Tournadre. diffusion le 2 novembre sur France 3

Serge, condamné à mort, réalisé par Christine Tournadre. diffusion le 2 novembre sur France 3 à 23h25 (disponible en replay pendant 7 jours).


Pendant dix ans, la réalisatrice Christine Tournadre a suivi ce couple entre France et Indonésie dans son combat contre la peine capitale, combat singulier qu'elle rend universel.        

Le Texas exécute un homme emprisonné depuis l’âge de 15 ans

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/10/13/le-texas-execute-un-condamne-a-mort-emprisonne-depuis-l-age-de-15-ans_5200143_3222.html


Condamné à quatre-vingt-dix-neuf ans de prison pour complicité de meurtre, Robert Pruett s’est vu infliger la peine de mort pour l’assassinat, jamais prouvé, d’un gardien de prison.

Condamné à mort pour avoir tué un surveillant pénitentiaire en 1999, Robert Pruett, 38 ans, a été exécuté jeudi 12 octobre à la prison de Huntsville, au Texas, par injection létale. Une heure avant l’horaire programmé de l’exécution, la Cour suprême des Etats-Unis avait rejeté un ultime recours.

L’histoire judiciaire de Robert Pruett est marquée par plusieurs rebondissements. Incarcéré alors qu’il était âgé seulement de 15 ans, il purgeait à l’origine une peine de quatre-vingt-dix-neuf ans pour sa complicité dans un meurtre commis par son père.


A l’époque, une loi très controversée du Texas faisait encourir une sanction identique au principal acteur d’un homicide et à ses complices. Cette sentence avait été critiquée comme illustrant un système pénal ultra-répressif, n’offrant aucun espoir à un adolescent à l’enfance ballottée entre une mère toxicomane et un père souvent emprisonné.
A 20 ans, il s’est retrouvé accusé du meurtre d’un agent pénitentiaire. Daniel Nagle avait été retrouvé baignant dans son sang, après avoir été tué à l’aide d’une tige de métal. Il venait d’écrire un rapport disciplinaire sur Robert Pruett, qui a toujours clamé son innocence. Les procureurs ont assuré que le jeune homme avait tué le gardien en représailles de ce texte défavorable. Le détenu affirme de son côté avoir été victime d’un coup monté par des agents corrompus et par d’autres prisonniers.
Aucune preuve matérielle


La justice texane ne dispose pas de preuves matérielles qui prouvent la culpabilité de Robert Pruett dans ce meurtre.


Depuis 2013, le condamné à mort a échappé à plusieurs reprises à une exécution programmée, en exigeant des analyses ADN sur les vêtements, l’arme du crime et le rapport disciplinaire déchiré. Ces analyses se sont révélées non concluantes et n’ont pas prouvé sa présence sur le théâtre de l’homicide du gardien Nagle. Les résultats n’ont toutefois pas été jugés suffisamment probants pour remettre en question le verdict.


Robert Pruett est le 544e condamné à mort à subir la peine capitale au Texas depuis 1976, année du rétablissement de cette peine.

vendredi 13 octobre 2017

Mike Lambrix

Mike Lambrix, a été exécuté en Floride le 5 Octobre, en dépit d’une campagne internationale, qui avait notamment permis de réunir le soutien du Centre Nobel de la Paix (où plusieurs prisonniers seront représentés l’année prochaine, dans le contexte d’une exposition qui sera lancée en 2018 “Noble est l’Homme”)

David Lynn Carpenter




L’audience prévue le 11 septembre avait été reprogrammée au 10 octobre courant juillet

Septembre 2017,  la juge du district fédéral, après une audience préliminaire, avec les deux parties, a estimé les nouveaux élément évoqués par la défense suffisamment éloquents pour annuler l’audience du 10 octobre, ne pas perdre de temps et, ainsi, faire valoir prochainement, un recours en cour d’Etat  (cour précédente). 
La partie adverse aurait dissimulé des preuves disculpatoires lors du procès. La défense prépare, actuellement, le dossier a déposer en cour d’État. David vous remercie, tous,  pour votre amitié et soutien.

lundi 2 octobre 2017

MERCREDI 4 OCTOBRE : rassemblement à Paris pour la libération de Mumia Abu-Jamal


Le prochain rassemblement mensuel de soutien à Mumia Abu-Jamal aura lieu à proximité de l’ambassade des Etats-Unis place la Concorde : angle rue de Rivoli - jardin des Tuileries / Métro Concorde. A l'approche de la journée mondiale contre la peine de mort (voir ci-dessous) ce rassemblement sera aussi l’occasion de rappeler notre combat pour l'abolition universelle de ce crime d'Etat et pour manifester notre solidarité envers tous les condamnés en attente d’exécution. Symboliquement, nous souhaitons attirer l’attention sur la situation de trois d’entre eux :

 

 >>> Michael Lambrix, un américain (Floride) dont l’exécution est fixée au 5 octobre et pour lequel nous nous sommes déjà mobilisés l’an passé. A deux reprises déjà, fut stoppé, in extremis, le bras du bourreau s’apprêtant à commettre l’irréparable. Avec nos amis de Save Innocents et de Lutte pour la Justice, nous vous appelons à intervenir de nouveau, et ce dans l'urgence.

     Pour en savoir plus et signer la pétition en ligne http://www.save-innocents.com/mike-lambrix-france.html

     Pour adresser un mail au gouverneur de Floride Rick.scott@eog.myflorida.com

       " NOUS VOUS DEMANDONS UN RECOURS EXCEPTIONNEL EN GRACE POUR MICHAEL LAMBRIX"

      Depuis le début de l’année, 18 exécutions ont déjà eu lieu aux Etats-Unis !

      

       >>> Hank Skinner, un autre américain (Texas), demande justice depuis plus de 30 ans. Plusieurs tentatives d’exécutions ont été levées grâce à la mobilisation de ses soutiens, aux Etats-Unis et en France.  Son épouse française, notre amie Sandrine Ageorges-Skinner, continue de mener ce combat de tous les instants pour qu’il puisse enfin prouver son innocence. Si les juges du Texas acceptent enfin le recours contre sa condamnation à mort, il pourra alors défendre son innocence à l’appui des tests ADN qui le disculpent. S’ils refusent, une date d’exécution pourrait être fixée sous 90 jours. Pour en savoir plus : http://justice4hank.org/fr/action-septembre-2017/

 

      >>> Serge Atlaoui, seul français condamné à mort dans le monde. La vie de Serge et de Sabine Atlaoui a basculé en novembre 2005, avec l’arrestation de Serge alors qu’il effectuait une mission de maintenance technique dans une usine à Djakarta (Indonésie). Celle-ci servait hélas de couverture à un trafic d’ecstasy, ce qu’il a toujours affirmé ne pas savoir. Quelques mois plus tard, il est condamné à mort. Lorsqu’en février 2015, le nom de Serge Atlaoui apparaît sur la prochaine liste d’exécution, Sabine, son épouse, jette toutes ses forces dans la bataille pour le sauver. La mobilisation des organisations abolitionnistes et l’intervention des autorités françaises empêcheront l’exécution mais Serge Atlaoui est toujours dans le couloir de la mort. Un film sur cette affaire sera prochainement diffusé sur France 3.