jeudi 15 novembre 2018

Neuroscientists Make a Case against Solitary Confinement

Neuroscientists Make a Case against Solitary Confinement

Prolonged social isolation can do severe, long-lasting damage to the brain 

https://www.scientificamerican.com/article/neuroscientists-make-a-case-against-solitary-confinement/

AN DIEGO—Robert King spent 29 years living alone in a six by nine-foot prison cell.
He was part of the “Angola Three”—a trio of men kept in solitary confinement for decades and named for the Louisiana state penitentiary where they were held. King was released in 2001 after a judge overturned his 1973 conviction for killing a fellow inmate. Since his exoneration he has dedicated his life to raising awareness about the psychological harms of solitary confinement.
“People want to know whether or not I have psychological problems, whether or not I’m crazy—‘How did you not go insane?’” King told a packed session at the annual Society for Neuroscience meeting here this week. “I look at them and I tell them, ‘I did not tell you I was not insane.’ I don’t mean I was psychotic or anything like that, but being placed in a six by nine by 12–foot cell for 23 hours a day, no matter how you appear on the outside, you are not sane.”

There are an estimated 80,000 people, mostly men, in solitary confinement in U.S. prisons. They are confined to windowless cells roughly the size of a king bed for 23 hours a day, with virtually no human contact except for brief interactions with prison guards. According to scientists speaking at the conference session, this type of social isolation and sensory deprivation can have traumatic effects on the brain, many of which may be irreversible. Neuroscientists, lawyers and activists such as King have teamed up with the goal of abolishing solitary confinement as cruel and unusual punishment.
Most prisoners sentenced to solitary confinement remain there for one to three months (pdf), although nearly a quarter spend over a year there; the minimum amount of time is usually 15 days. The most common reasons for being sent to solitary are for preventive measures, which can be indefinite, or for punishment, which is more likely to have a set end point. Several states have passed legislation limiting who can be in solitary confinement, including mentally ill and juvenile offenders, and for how long. The United Nations recommends banning solitary confinement for more than 15 days, saying any longer constitutes torture.
Even in less extreme cases than that of the Angola Three, prolonged social isolation—feeling lonely, not just being alone—can exact severe physical, emotional and cognitive consequences. It is associated with a 26 percent increased risk of premature death, largely stemming from an out of control stress response that results in higher cortisol levels, increased blood pressure and inflammation. Feeling socially isolated also increases the risk of suicide. “We see solitary confinement as nothing less than a death penalty by social deprivation,” said Stephanie Cacioppo, an assistant professor of psychiatry and behavioral neuroscience at the University of Chicago, who was on the panel with King.
For good or bad, the brain is shaped by its environment—and the social isolation and sensory deprivation King experienced likely changed his. Chronic stress damages the hippocampus, a brain area important for memory, spatial orientation and emotion regulation. As a result, socially isolated people experience memory loss, cognitive decline and depression. Studies show depression results in additional cell death in the hippocampus as well as the loss of a growth factor that has antidepressant-like properties, creating a vicious cycle. When sensory deprivation and an absence of natural light are thrown into the mix, people can experience psychosis and disruptions in the genes that control the body’s natural circadian rhythms. “Social deprivation is bad for brain structure and function. Sensory deprivation is bad for brain structure and function. Circadian dysregulation is bad,” said Huda Akil, a professor of neuroscience at the University of Michigan who was also on the panel. “Loneliness in itself is extremely damaging.”
King has experienced lasting cognitive changes from his time in solitary confinement. His memory is impaired and he has lost his ability to navigate, both of which are signs of damage to the hippocampus. At one point he was unable to recognize faces, but that problem has passed. Cacioppo speculated that social areas of his brain that were not being used, like those involved in facial recognition, might have atrophied during his time in solitary. Supporting this idea, recent research conducted in mice by neuroscientist Richard Smeyne at Thomas Jefferson University in Philadelphia and presented at the conference revealed that after one month of social isolation, neurons in sensory and motor regions of the brain had shrunk by 20 percent.
The question remains as to whether these neuronal changes are permanent or can be reversed. Akil said, however, she doubts “you can live through that experience and come out with the same brain you went in with, and not in a good way.”
King said he survived the ordeal because he recognized that his case was “politicized,” and bigger than himself. He and many supporters believe the Angola Three were targeted and falsely convicted because they were members of the Black Panther party. Their cases were later taken up by the United Nations as an example of the inhumanity of solitary confinement. According to Cacioppo, King’s connection to a larger group and larger purpose likely gave him the resilience to survive the ordeal. “Collective identity is protective against individual loneliness,” she noted.
By pairing their research with King’s experience, the neuroscientists on the panel hope to move the needle on people’s perspectives and policy around the issue. Jules Lobel, a professor of law at the University of Pittsburgh and the sole lawyer on the panel, thinks they can: Neuroscience research played a role in a class action lawsuit he won against solitary confinement in California. “Neuroscience can not only be a powerful tool for understanding the human condition,” he said, “but can also play an important role in changing the conditions that humans live under.”

mardi 16 octobre 2018

Washington : le 20e État à abolir la peine de mort

La Cour suprême de l’État de Washington a déclaré la peine de mort inconstitutionnelle. Une victoire pour les personnes qui ont lutté en faveur de l’abolition dans cet État.
La Cour suprême a estimé que l’utilisation de la peine de mort est arbitraire et entachée de préjugés raciaux, et que ce châtiment est donc invalide.
La peine capitale est la forme la plus absolue de déni des droits humains, elle n’a pas d’effet dissuasif en matière de criminalité et elle n’améliore en rien la sécurité publique. Il faut y mettre un terme une bonne fois pour toutes.
Vingt États ont désormais aboli ce châtiment cruel, inhumain et dégradant, d’autres devraient suivre le mouvement.


mercredi 10 octobre 2018

Lindy Lou, jurée n°2 film documentaire de Florent Vassault

Florent Vassault signe un documentaire poignant sur la peine de mort aux États-Unis, en se focalisant sur le rôle des jurés.
 Il y a plus de vingt ans, Lindy Lou a fait partie d'un jury qui a condamné un homme à mort. Depuis, la culpabilité la ronge. Sa rédemption passera-t-elle par ce voyage qu'elle entame aujourd'hui à travers le Mississippi, dans le but de confronter son expérience à celle des onze autres jurés ? S’appuyant sur les nombreuses absurdités de la peine capitale, ce film montre à travers ces trois personnages, comment cette sentence génère souffrances, injustices, violences et inefficacité.
 


lundi 8 octobre 2018

Trois conséquences de la nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême des Etats-Unis

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/trois-consequences-de-la-nomination-du-juge-brett-kavanaugh-a-la-cour-supreme-des-etats-unis_2974679.html


Pendant la campagne présidentielle, Donald Trump avait promis de faire basculer la Cour suprême. Pari tenu : avec la confirmation de la nomination samedi 6 octobre de Brett Kavanaugh par le Sénat au sein de la plus haute juridiction des États-Unis, les juges dits "progressistes" sont désormais en minorité – quatre sur neuf. L'arrivée de ce juge conservateur de 53 ans, accusé d'agression sexuelle, pourrait influer pendant de longues années sur des questions de société cruciales, telles que la peine de mort, le contrôle des armes ou le droit à l'avortement. Franceinfo fait le point sur les bouleversements politiques qui s'annoncent avec l'arrivée de Brett Kavanaugh.

Une victoire politique pour Donald Trump

A peine Brett Kavanaugh avait-il prêté serment samedi que Donald Trump se réjouissait : "C'est une soirée historique", a lancé le président américain lors d'un rassemblement électoral à Topeka, dans le Nevada. Et de continuer, sous les acclamations de la foule : "Je me tiens devant vous aujourd’hui après une formidable victoire pour notre nation, pour notre peuple et pour notre bien-aimée Constitution." 


Après trois semaines de tensions et de polarisation extrême de l'opinion américaine, Donald Trump peut se féliciter d'avoir fait pencher la Cour suprême dans le camp conservateur en nommant deux juges depuis sont entrée en fonctions. Comme le rappelle le Guardian (en anglais), "Trump s'était engagé en tant que candidat à nommer des juges 'pro-vie', dans le but de gagner le soutien des conservateurs religieux".
A un mois des élections de mi-mandat, le président des Etats-Unis espère que ce succès politique, couplé à une ligne dure sur l'immigration et à une économie en pleine croissance, poussera ses partisans à le remercier dans les urnes pour lui assurer une majorité confortable au Congrès. Pour les démocrates, les élections de novembre s'annoncent comme la prochaine étape décisive. "Aux Américains, à tous les millions de gens outrés par ce qu’il s’est passé ici, il n’y a qu’une réponse : votez", a réagi Chuck Schumer, le chef de l’opposition démocrate au Sénat.

Une juridiction contrôlée par les conservateurs

A première vue, la nomination de Brett Kavanaugh ne semble pas bouleverser l’orientation politique de la Cour suprême puisqu’il remplace un autre conservateur : le juge Anthony Kennedy, nommé en 1987 par Ronald Reagan. Mais ce dernier s’est illustré ces dix dernières années par ses positions plutôt modérées. A 81 ans, Anthony Kennedy faisait figure d’arbitre au milieu de ses huit collègues, quatre libéraux, et quatre conservateurs. Il avait ainsi régulièrement défendu les droits des homosexuels et avait voté en faveur de l’arrêt qui a légalisé le mariage homosexuel au niveau fédéral en 2015. Anthony Kennedy s’était également distingué des positions traditionnelles des républicains, en protégeant le droit à l’avortement et en refusant d’autoriser la peine de mort pour les jeunes criminels.
Brett Kavanaugh devrait se montrer beaucoup moins accommodant que son prédécesseur. Passé par l’administration de George W. Bush, ce diplômé de Yale est connu pour ses prises de position très à droite. Avec cette nomination, "la Cour suprême sera plus conservatrice qu’elle ne l’a jamais été dans toute l'histoire moderne", analyse le New York Times (en anglais). Un virage qui pourrait durer plusieurs décennies, puisque Brett Kavanaugh est nommé juge à vie et qu'il est relativement jeune.
L'avortement, l'action positive, le financement de la campagne, les droits des homosexuels, tout cela ira dans une direction très différente parce qu'Anthony Kennedy est parti et que Brett Kavanaugh sera là.L'analyste Jeffrey Toobincité par CNN 



lundi 24 septembre 2018

16 ème Journée mondiale contre la peine de mort le 10 octobre : conditions de vie dans les couloirs de la mort

Les conditions de détention peuvent varier d'un endroit à un autre, mais nous affectent tous Qu’il s’agisse des conditions d'isolement aux États-Unis, ou des prisons surpeuplées dans certains pays d'Afrique et d'Asie, les conditions de vie des personnes condamnées à mort provoquent fréquemment une déshumanisation au mépris de la dignité des individus.
Bien souvent les personnes condamnées à mort deviennent des êtres humains dans lesquels la société n’investit plus. Tout se passe comme si, avant même d’être exécutées, ces personnes n’avaient déjà plus droit à la vie, comme si elles n’étaient plus considérées comme des « êtres humains ».
Enfin, les personnes détenues dans les couloirs de la mort ont très peu de contacts avec leurs familles et leurs avocats, étant donné que l’accès aux couloirs de la mort est très restreint. Ainsi, les conditions de détention affectent non seulement les personnes condamnées à mort, mais aussi les familles, les proches.
http://www.worldcoalition.org/fr/worldday.html


http://www.worldcoalition.org/fr/Calendar-of-events-for-World-Day-2018.html

Troy CLARK - date d'execution au 26 septembre


(source "Agir contre la peine de mort" )

L’exécution de Troy Clark, âgé de 51 ans, a été fixée au 26 septembre 2018.
Il a été reconnu coupable avec sa compagne Tory Bush du meurtre de Christina Muse, sa colocataire âgée de 20 ans , le premier mai 1998. Ils craignaient qu’elle les dénonce pour leur usage et la vente de drogues.
Il a été condamné à mort en 2000. Sa compagne, qui a plaidé coupable, a été condamnée à 20 ans de prison.
Troy Clark s’estime innocent, accusant sa compagne du meurtre. Peu éduqué il a un long passé de drogué.

Si vous désirez intervenir en sa faveur vous devez écrire aux membres du Board of Pardons and Paroles ainsi qu'au Gouverneur Abbott dont voici les adresses :

Governor Greg Abbott, Office of the Governor, P.O. Box 12428 Austin, Texas 78711, USA. Tel: (512) 463-2000. Email : http://governor.state.tx.us/contact/assistance.aspx Adresse tweet: @GovAbbott.
Contact Governor Abbott on Troy Clark behalf ! 

(512) 463-1782 – Information and Referral and Opinion Hotline
**You can leave a message here**
l
Texas Board of Pardons and Paroles, 8610 ShoalCreek Blvd, Austin, TX 78757, USA. Fax: (512) 467- 0945. Email: bpp-pio@tdcj.state.tx.us




Nous vous proposons le modèle de lettre suivant :
(date et lieu)


Dear Governor Abbott, Dear Members of the Board of Pardons and Paroles,
The execution of Troy Clark is scheduled to occur on September 26 , 2018.
Troy has only 6 years of education and a long story involving drugs. He claims that his girlfriend Tory Bush commited the murder. He has been on Death Row since March 31, 2000 and in all the time he has been here he claims that he has never had a lawyer visit and he has never even met his appeals attorney.
I respectfully and urgently ask you to stop this execution.
The death penalty alone imposes an irrevocable sentence. Once an inmate is executed, nothing can be done to make amends if a mistake has been made. There is considerable evidence that many mistakes have been made in sentencing people to death.
Death penalty is a cruel, inhuman, and degrading treatment. It must be seen as perpetuating a cycle of violence and promoting a sense of vengeance. The death penalty offers the tragic illusion that we can defend life by taking life. It is just a crime added to another crime.
It has never been shown convincingly that the death penalty deters crimes more effectively than other punishments such as life imprisonment. States that do not employ the death penalty generally have lower murder rates than states that do.
Public support for the death penalty does not necessarily mean that taking away the life of a human being by the state is right. It is the job of leading figures and politicians to underline the incompatibility of capital punishment with human rights and human dignity.
I ask you to commute the death sentence of Troy Clark and to introduce a moratorium on the death penalty in view to abolish it.
Sincerely,
(Nom et coordonnées)
Veuillez également faire parvenir une copie de votre lettre à l'ambassade américaine de votre propre pays :
Son excellence Jamie McCourt, Ambassadrice des USA en France, 2, avenue Gabriel,75382 Paris Cedex 08 Fax: +33 1 42 66 9783 Mail : usembfrance@gmail.com Adresse Tweet : @USEmbassyFrance ou laisser un commentaire sur la page Facebook de l’ambassade : https://www.facebook.com/usdos.france



Articles :


 

Stop the Execution of Troy Clark


 

Troy Clark

Texas has scheduled Troy Clark's execution for September 26, 2018. Take action to advocate for clemency for Mr. Clark by sending a letter to the Texas Board of Pardons and Paroles. Personalize this one-click letter to advocate on behalf of Troy Clark.

In Texas, the Governor MUST have the recommendation of clemency from a board or advisory group.


The contact information for the Texas Board of Pardons and Paroles is:

Texas Board of Pardons and Paroles

PO Box 13401

Austin, Texas 78711-3401

512-406-5452


The contact information for the Governor of Texas is:

Governor Greg Abbott

Office of the Governor

PO Box 12428

Austin, TX 78711-2428

512-463-2000

https://gov.texas.gov/contact/

lundi 25 juin 2018

Appel à témoins Elwood Jones

http://www.save-innocents.com/save-elwood-jones.html

CALL FOR WITNESS:

WERE YOU AT THE EMBASSY SUITES HOTEL
IN BLUE ASH, NEAR CINCINATTI, OHIO
ON 3 SEPTEMBER 1994?

HAVE YOU SEEN OR HEARD ANYTHING ON THE DAY OF
RHODA NATHAN'S MURDER?

IF SO, WE WOULD LIKE TO TALK TO YOU.
Please contact defense attorney Erin Barnhart here

mardi 19 juin 2018

DEBBIE AFRICA est enfin libre ...


Après 40 ans d'incarcération, Debbie AFRICA a quitté hier matin la prison de Cambridge Springs (Pennsylvanie) ... A l'heure où cette merveilleuse nouvelle nous est parvenue, Debbie était en route avec son fils Mike (né en prison) pour rejoindre sa famille à Philadelphie. Vous trouverez en pièces jointes les deux premières photos prises à sa sortie de prison.

Debbie est la première des 9 membres de la communauté afro-américaine MOVE à être libérée. Une délégation française lui avait rendu visite en mars dernier. Notre pensée va à Janet et Janine avec qui elle a passé ces quatre décennies dans la même prison et qui se sont vues refuser récemment toute libération conditionnelle. Notre pensée va également aux autres prisonniers qui, comme Debbie, Janet et Janine ont été condamnés collectivement et sans preuve à une peine de 100 ans de prison pour un meutre dont l'assassin n'a jamais été identifié. Deux d'entre eux sont déjà morts en prison (Merle et Phil AFRICA) dans des conditions plus que suspectes et quatre autres (dont le mari de Debbie) sont toujours incarcérés. Pour en savoir plus sur cette scandaleuse affaire criminelle, cliquez sur ce lien : http://mumiabujamal.com/v2/on-a-move/

Mumia Abu-Jamal doit être particulièrement heureux de cette libération car en sa qualité de journaliste il fut le premier à prendre fait et cause pour cette communauté avant même qu'il ne soit lui même confronté à l'incroyable injustice que l'on sait, au point d'être condamné à mort pour un crime qu'il n'a pas commis.

Cette très bonne nouvelle ne peut que donner plus de force à la mobilisation de tous ceux qui soutiennent ces hommes et ces femmes et exigent leur libération. C'est l'objectif des initiatives qui auront lieu à Philadelphie en août prochain pour marquer les 40 ans d'incarcération des MOVE. Le Collectif français "LIBERONS MUMIA" apportera sa contribution solidaire à ces manifestations.

mardi 3 avril 2018

Amnesty International: Doyle Hamm Alabama


Aux Etats-Unis, selon un accord conclu le 27 mars entre l’avocat de Doyle Hamm et l'Etat d'Alabama, ce dernier ne requerra plus d’ordre d’exécution.

Voir (version française à venir) : https://www.amnesty.org/fr/documents/amr51/8141/2018/fr/

L'avocat de Doyle Hamm a exprimé sa gratitude à Amnesty International pour son "aide et son soutien" dans cette affaire. Un grand merci à tous celles et ceux qui ont envoyé des appels.

Commission abolition peine de mort

samedi 24 mars 2018

Report Finds Texas Death Row Conditions Violate Basic Human Rights


Report Finds Texas Death Row Conditions Violate Basic Human Rights

by Matt Clarke
In April 2017, the University of Texas School of Law’s Human Rights Clinic published a report that found living conditions on death row in Texas violate “basic human rights as well as a number of international treaties that were voluntarily ratified by the U.S. and which are binding on Texas.”
Because the Texas Department of Criminal Justice (TDCJ) refused to allow interviews with death row prisoners, the Clinic had to gather information from them via questionnaires. Researchers did conduct interviews with former condemned prisoners who had been exonerated and released, or had been moved to the prison system’s general population following a successful appeal of their capital sentence. The Clinic also interviewed death penalty advocates and capital punishment attorneys.
By policy, Texas death row prisoners are subjected to solitary confinement conditions and locked in 8-by-12-foot cells for 23 hours a day with one hour for recreation in a slightly larger, unfurnished cell. In practice, exercise is only permitted two-to-four times a week, not seven as required by policy. When they go to recreation and at all other times, condemned prisoners are kept isolated from other prisoners; they are served meals in their cells and shower alone. They have virtually no opportunity to interact – much less converse – with other human beings.
Texas death row prisoners are not allowed to watch television or use a phone (except for calls from their attorneys). They may purchase an overpriced, poor-quality radio from the prison commissary, but it can be confiscated for even minor disciplinary infractions and some TDCJ guards write disciplinary reports for the most insignificant of reasons.
Prisoners on death row are not allowed contact visits with friends and family even when their execution is imminent. The only religious materials provided by the prison chaplain is the Bible, and religious volunteers and volunteer chaplains are rarely permitted to meet with prisoners due to alleged staffing shortages that make escort guards unavailable.
Even attorney visits on death row are not contact visits, and generally not even private due to the availability of only one private visitation cubicle. This means that lawyers must often discuss privileged legal information with their clients within earshot of other people.
Texas’ death row was not always like this. Prior to the attempted escape of seven condemned prisoners from the Ellis Unit in November 1998 – one of whom made it over the fence only to be found dead a few days later [see: PLN, April 1999, p.13] – death row prisoners were allowed to work, eat and take classes along with general population prisoners, and to have recreation with each other. In 1999, death row was moved to the more modern Polunsky Unit and, according to exonerated death row prisoner Anthony Graves, it “became a rights-free zone” that was “terrible and absolutely inhumane.”
 Conditions became so onerous that over 10% of prisoners executed since then “volunteered” for lethal injection by dropping all of their appeals. They chose execution over life on death row in Texas.
The 48-page report by the Human Rights Clinic also noted that medical care is difficult to obtain on death row while mental health treatment is virtually nonexistent. Initial access to such care is controlled by guards, who frequently “forget” to forward requests for medical services to the medical department. Even if they are forwarded, responses often take days and health care providers may be disinterested in the health needs of men who will likely be executed anyway.
Mental health care is even worse, with “treatment” limited to prisoners taking psychotropic medications that induce sleepiness. One death row prisoner said prison staff tried to get him to sleep until he was executed. Psychiatric interviews are conducted on the cell block within hearing of other prisoners – a barrier to effective treatment.
Unsurprisingly, the stress of awaiting execution causes mental health issues for many condemned prisoners, some of whom had diagnosed mental illnesses prior to their incarceration. This stress is exacerbated by Texas’ practice of scheduling execution dates before all avenues of appeal have been exhausted. Thus, a prisoner may be scheduled for execution only to receive a last-minute stay a half-dozen times before being put to death or otherwise removed from death row. These are effectively “mock executions,” which cause post-traumatic stress disorder that continues to affect even exonerated prisoners, according to the report.
The Human Rights Clinic also stated that long-term segregation on death row without the ability to interact with others violates the UN’s Convention Against Torture, the American Declaration on the Rights and Duties of Man, and the International Covenant on Civil and Political Rights. The physical isolation and other conditions on Texas’ death row have been criticized by the Inter-American Commission on Human Rights and several UN committees and Special Rapporteurs. Nonetheless, condemned prisoners continue to endure inhumane conditions.
“Offenders on death row are individuals who have been convicted of heinous crimes and given the harshest sentence possible under the law,” said TDCJ spokesman Jason Clark. “TDCJ will continue to ensure it fulfills its mission of public safety and house death row offenders appropriately.”
He did not address the fact that 13 death row prisoners in Texas have been exonerated and released from 1987 to 2015, despite receiving the state’s harshest sentence.
Sources: “Designed to Break You: Human Rights Violations on Texas’ Death Row,” University of Texas School of Law, Human Rights Clinic (April 2017); www.mystatesman.com


















https://www.prisonlegalnews.org/news/2018/mar/6/report-finds-texas-death-row-conditions-violate-basic-human-rights/

vendredi 23 février 2018

Documentaire sur Keith DOOLIN couloir de la mort en Californie sur 13ème rue


Keith Doolin, depuis 20 ans dans le couloir de la mort en Californie

Le documentaire en 4 parties sur Keith Doolin qui va sortir de manière imminente sur 13e Rue - Plus à venir sur le site web….

 

 


Texas : un homme échappe de justesse à la peine de mort grâce à l'intervention de son père

Bart Whitaker, 38 ans, a vu sa peine de mort être commuée en prison à vie 30 minutes avant l'heure de son exécution grâce à l'intercession de son père, que Bart Whitaker avait planifié de tuer en 2003.

Bart Whitaker, un Américain qui avait planifié le meurtre de toute sa famille, a échappé de peu à la peine de mort jeudi soir, le gouverneur du Texas ayant commué sa peine capitale en prison à perpétuité peu avant son exécution programmée.
De la condamnation à mort à la perpétuité. Son père, un fervent chrétien, militait pour un sursis de dernière minute. Il a été entendu : pour la première fois, le gouverneur du Texas Gregg Abbott a commué une peine de mort. "Bart Whitaker doit passer le reste de sa vie derrière des barreaux, en punition pour son crime atroce", a-t-il indiqué dans un communiqué pour justifier sa décision. Le détenu de 38 ans ne bénéficiera d'aucune possibilité de libération conditionnelle.
De façon très exceptionnelle, la commission des grâces et libérations conditionnelles du Texas avait recommandé mardi la clémence pour Bart Whitaker. "Je suis reconnaissant pour cette décision, pas pour moi mais pour mon père. Toute punition que j'ai reçue ou que je pourrai recevoir sera juste", a déclaré ce dernier en apprenant qu'il échappait à la mort 30 minutes avant l'heure fatidique.

lundi 11 décembre 2017

Hommage à Solveig Anspach vendredi 15 décembre au Méliès à Montreuil 93

Un hommage à Solveig Anspach se tiendra le vendredi 15 décembre au Méliès à Montreuil avec
2 documentaires:  à 18h30 "Made in the USA", puis "Que personne ne bouge les amazones du Vaucluse " à 21h
 
MADE IN THE USA (2001) à 18h30
Ce documentaire sur la peine de mort aux Etats-Unis se fonde sur le cas d'Odell Barnes. Né à Wichita Falls, celui-ci fut exécuté le 1er mars 2000, à l'âge de 31 ans.
Odell Barnes a été condamné à mort pour le meurtre d'Helen Bass, une amie de sa mère, retrouvée morte chez elle un soir de novembre 1989. L'enquête qui a conduit à son arrestation et à son procès a été bâclée. Pendant ses neuf ans de détention, Odell Barnes n'a cessé de proclamer son innocence.





jeudi 9 novembre 2017

Le Texas exécute un Mexicain, malgré l'opposition de l'ONU et du Mexique

https://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20171109.OBS7131/le-texas-execute-un-mexicain-malgre-l-opposition-de-l-onu-et-du-mexique.html

 Selon le Mexique, où la peine de mort a été officiellement abolie en 2005, Ruben Cardenas Ramirez s'est vu nier son droit à un avocat et à une assistance consulaire.

L'Etat américain du Texas a exécuté mercredi 8 novembre un Mexicain condamné pour meurtre, malgré la ferme opposition du Mexique et de vives critiques d'experts des Nations unies.
"Mexico condamne l'exécution de Ruben Cardenas Ramirez", a immédiatement fait savoir le gouvernement mexicain par le canal de son ambassade à Washington.
Le prisonnier de 47 ans a reçu une injection létale et a été déclaré décédé à 22h26 (6h26 en France, jeudi). Il avait été reconnu coupable d'avoir violé et tué sa cousine âgée de 16 ans, en 1997.
Son avocat, Greg Kuykendall, a lancé en vain différents recours judiciaires, jusqu'à la Cour suprême à Washington, dans l'espoir d'obtenir un sursis de dernière minute.

"Respect des droits de l'homme et des règles de justice"

Mexico, tout comme les Nations unies, avaient pourtant officiellement demandé aux autorités américaines de renoncer à leur projet de mise à mort du prisonnier.
Selon le Mexique, où la peine de mort a été officiellement abolie en 2005, Ruben Cardenas Ramirez s'est vu nier son droit à un avocat et à une assistance consulaire, cette dernière étant pourtant prévue par la Convention de Vienne.
"Pour l'Etat du Mexique, il ne s'agit pas d'une question de culpabilité ou d'innocence, mais de respect des droits de l'homme et des règles de justice", avait souligné Carlos Gonzalez Gutierrez, consul général du Mexique au Texas.
"Depuis le début de son affaire", avait poursuivi le diplomate dans une tribune publiée par le journal "Statesman" à Austin, "on lui a refusé le bénéfice de ses droits".
"Si l'exécution prévue de Ruben Cardenas se déroule, le gouvernement américain aura appliqué une peine de mort sans respecter les normes internationales", avaient de leur côté averti Agnès Callamard et Elina Steinerte, deux expertes de l'ONU spécialisées dans les droits de l'homme et les exécutions arbitraires.

Onze jours sans avocat

Ruben Cardenas Ramirez "n'a pas eu accès à un avocat durant ses onze premiers jours de détention. A son procès, les procureurs se sont appuyés sur quelques-unes des déclarations qu'il a faites lors de cette période", avaient-elles dénoncé.
Ce dossier, s'inscrivant dans une phase de tension entre Mexico et Washington autour du projet de Donald Trump d'un mur frontalier anti-clandestins, est venu illustrer le problème des condamnés à mort mexicains aux Etats-Unis.
Actuellement, 75 ressortissants du Mexique font l'objet de poursuites pénales aux Etats-Unis, qui pourraient déboucher sur une condamnation à la peine capitale, et 54 autres ont déjà été condamnés à la peine de mort.
Le gouvernement mexicain a d'ailleurs créé en 2000 un programme d'assistance juridique pour ces détenus encourant la mort aux Etats-Unis, une initiative connue sous l'acronyme de MCLAP.
Le Mexique a par ailleurs déposé plainte le 9 janvier 2003 devant la Cour internationale de justice sur le cas de 51 de ses ressortissants, dont Ruben Cardenas Ramirez, condamnés au châtiment suprême aux Etats-Unis.

L'assistance consulaire pourtant cruciale

Dans son jugement, le 31 mars 2004, la Cour "a conclu que les Etats-Unis avaient violé leurs obligations découlant de la loi internationale en ne notifiant pas aux autorités mexicaines l'arrestation de 51 de leurs ressortissants", a rappelé le consul Gonzalez Gutierrez.
"Monsieur Cardenas Ramirez est le cinquième Mexicain exécuté en violation manifeste de l'arrêt de la Cour internationale de justice", a réagi le gouvernement mexicain.
Les défenseurs de Ruben Cardenas Ramirez ont donc plaidé sans effet que l'assistance consulaire était pourtant cruciale.
"Nous disposons de statistiques qui montrent que le taux de condamnation à la peine de mort des Mexicains est extrêmement bas quand le consulat mexicain a été convenablement informé et que son équipe d'assistance juridique a pu intervenir", a expliqué à l'AFP Greg Kuykendall.
A l'opposé, a-t-il insisté, "dans les quelques cas où le programme d'aide légale du Mexique n'a pu assister ses ressortissants, alors ces personnes ont 100% de chance d'être condamnées à la peine de mort à l'issue de leur procès".
Une autre exécution capitale a été pratiquée mercredi aux Etats-Unis, en Floride : Patrick Hannon avait été reconnu coupable d'un double homicide commis en 1991 avec l'aide de deux complices.